06/06/2011

Chest Rock

Samedi 13 Août 2011 dès 19h

Chest-Rock-finale.jpg

 

 

- UPLOADEDMINDS

 

A l’heure d’aujourd’hui, on se pose encore la question !!! ...

En effet, comment 4 musiciens, amateurs, qui ne se connaissaient pas du tout, ont pu se rencontrer fin 2007 pour une jam à Bastogne qui entraînera - directement - la naissance de uploaded minds ? ...

Bon, tentons quand même le dur travail du résumé : d'abord via le net, des connexions d'esprits (tiens, tiens !) plutôt rock : Julien demande des réponses aux gueulantes de ses guitares, Stéphane frappe alors ses fûts, Fabian présente sa belle basse et Jérémy arrive en posant ses mots... et c'est

directement le barouf sonore au coeur même de Bastogne

uploaded minds est ainsi né et le collectif expérimente une musique

instinctive, basée essentiellement sur des compositions originales : qu'elle soit ancrée dans les influences de chacun des quatre (l'esprit du rock "anglo-saxon" plane) ou puisée dans leur créativité (la mouvance du rock "belge" inspire), elle est en tout cas délivrée avec force, passion et plaisir, sans prise de tête !

2008 voit rapidement les premières scènes : le Start Up Festival de Tronquoy, le “Let’s Rock Festival” et le “Démo Festival” à Bastogne.

En 2009 et 2010, le groupe affûte ses armes et ses compos personnelles... et de nouvelles prestations se présentent, au Renval de Bastogne, à Arloncourt, aux Fêtes du Parc de Bastogne, au Festival de Vecmont, à l’ancienne Gare de Bastogne, au Festival de Chenogne...

La fin 2010 est axée essentiellement sur le peaufinement des morceaux déjà joués sur scène mais surtout sur le travail de nouvelles compositions !

www.myspace.com/uploadedminds

 

- THE ENGINES OF LOVE

 

Formé sur les cendres du groupe culte House of the Speed Horse en ce début de millénaire et emmené d'une main de fer par le fabuleux guitariste/chanteur/compositeur/gourou Radiator Gab. On y retrouve des membres de Jeronimo, Saint-André et 7evenpm dont  Steering-Wheel Thomas aux drums  et Jeff Twinspark à la basse.

 

Leurs (longues) plages évoquent le mercure en fusion alliant blues déviant et shoegaze obstinée.

Unique en son genre alliant 4 guitaristes électriques (Alan Carbu, Ben Spoiler, Jay Jaguar et Radiator Gab), le groupe liégeois enchaîne les prestations scéniques hallucinées, proches du son d'un boeing 747 au décollage par temps clair.

 

Leurs influences : The Beatles, Queen of the Stone Age, My Bloody Valentine, Ride, The Cure, Spiritualized, Six By Seven, Motorpsycho... Entre psyche, new wave, pop et stoner ? Excusez-les !


Ancien finaliste du Concours-Circuit, auteur d'un premier EP 4 titres et déjà présent sur les 4 compilations du collectif liégeois Startin’Pop, Championship Manager (ou The Engines of Love au dessus de 1040 hecto-pascals) reste très en avance sur son temps tout en préservant une musicalité fine et accessible.

 

Un premier album est maintenant enregistré, mixé et véritablement peaufiné, le résultat de plusieurs années de travail par ces musiciens confirmés, il sortira le 1er mars 2011 (distribution en France et au Benelux via COD&S) et sera le prétexte à une jolie tournée de 5 dates d’affilée avec les Français de Kim Novak. Cet album s’appellera « Hermetic », gageons que vous ne le resterez pas !

www.myspace.com/theenginesoflove


- BLEEDING HEARTS SYNDICATE

Historique

BLEEDING HEARTS SYNDICATE naît en tant que projet dans le courant de l’année 2007, en région liégeoise, lorsque David Lefrançois se lance dans l’écriture frénétique d’un album introspectif qui tend vers une conception instinctive de la musique.
Un leitmotiv clair : chaque note, chaque mot écrit ou composé sans une sincérité totale est un échec. Rien ne compte que cette sincérité : ni les modes, ni les « formats ». Seul importe le message, qui doit être délivré sans édulcorants, sans chercher à séduire.
Courant 2008, David remet une première démo à Olivier Rahir qui est de suite emporté par le projet.
Successivement, Sébastien Mentior et Roberto Cimino intègrent B.H.S.
A l’hiver de cette même année, le line-up est enfin complet.
Au printemps 2009, BLEEDING HEARTS SYNDICATE est prêt à défendre sur scène sa conception d’une musique débarrassée de tout artifice, intense et sincère, qui ne se partage vraiment qu’en s’ouvrant les tripes. Sans aucune réserve.


Influences

BLEEDING HEARTS SYNDICATE se revendique avant tout de la musique alternative.

Son répertoire évoque principalement les sonorités du rock british, mais flirte également avec d’autres styles musicaux et peut quelquefois intégrer des atmosphères électroniques.

Les références les plus couramment évoquées à l’écoute de B.H.S. découlent principalement de la scène rock anglo-saxonne : les Pixies, Placebo... en passant par Nirvana et Bowie époque Stardust.

La musique de BLEEDING HEARTS SYNDICATE est avant tout spontanée, sincère et accessible.

Les performances live de B.H.S. alternent des moments d'énergie pure et d'autres plus intimes : des fluctuations qui s'enchaînent naturellement au fil d'un set qui conserve toujours son intensité.

www.myspace.com/bleedingheartssyndicate


- BLUE VELVET

Situé à la croisée d’un folk intimiste et d’une pop aventureuse, Blue Velvet est né de la rencontre musicale de Mirco et pH, deux amoureux d’univers contrastés, de bidouillages sonores et autres mélodies habitées. Se réclamant de formations aussi diverses que My Bloody Valentine, Tom Waits ou même Bauhaus, le duo évoque également une filiation certaine avec des groupes tels que Dead Man Ray. On n’est donc pas étonné d’apprendre que Rudy Trouvé lui-même s’est retrouvé derrière les manettes dès les sessions de leur première démo.

Voir Blue Velvet à l’œuvre c’est un peu comme entreprendre un itinéraire hors du commun qui vous plonge dans un univers aux limites de vous-même, où la musique trouve certainement son moteur le plus précieux, entre le chaos et la structure harmoniques.

Après avoir sillonné les routes au son d’ « Are you ready ? » et « Santa Claus is a joke », c’est avec un répertoire tout frais et un nouvel album « Level II » que vous les retrouverez …

Level II, sorte de roadmovie, de nouvelle retraçant le parcours de deux êtres sensibles qui, à force de se comprendre sans devoir se parler, finissent par ne plus le faire … Cette spirale infernale de mutisme les poussera dans un monde parallèle, un fossé qu’ils ont eux-mêmes creusé et dont ils ne pourront sortir que différents.

Tout comme un film de Lynch …

www.myspace.com/bluevelvetbe

 

- THE STRAWS

Formé à l’été 2005, le trio de power-rock arlonais The Straws est désormais un groupe dont le nom est bien installé en province de

Luxembourg.

Après trois démos autoproduites parues en 2006, 2007 et 2008 favorablement accueillies par le public et la critique, le groupe remet le couvert cette année avec son premier album intitulé "Red Wine & Canapés".

Armé d’une rythmique en béton au service d’une guitare énergique et d’une voix mélodique, le combo délivre un rock teinté de punk et de brit-pop sans pour autant revendiquer une étiquette particulière ou se fermer des portes en matière d’inspiration.

Après avoir fait leurs premières armes dans la pure tradition do it yourself et partagé la scène avec des groupes comme Matmatah, I Am X, Girls in Hawaï, Deportivo, Hollywood Pornstars, Triggerfinger, The Black Box Revelation ou encore Malibu Stacy, les trois larrons ambitionnent avec ce premier opus d’établir leur bannière aux quatre coins de la Belgique et de gagner en notoriété.

"Red Wine & Canapés" est un condensé de power-rock, de brit-pop et de punk-rock qui fait voyager l’auditeur à travers les différentes facettes du genre sans jamais perdre de vue un fil conducteur résolument british.

Le premier single intitulé "… And The Needles" ne laisse pas indifférent. A la fois mélancolique et puissant, il combine à merveille la légèreté des couplets et la puissance de refrains entêtants. Naviguant sous pavillon britannique sans avoir peur de passer les frontières, le trio emmène l’auditeur au fil des vagues et du courant tout au long de ces dix titres. Après l’embarquement sur la Tamise avec "What’s Going On?" les minutes se suivent et ne se ressemblent pas, que ce soit en eau douce avec "Things", en eau trouble avec le punky "Suck & Swallow" ou encore en pleine tempête avec un "Killing Her Down" à donner le mal de mer.

De San Francisco (Green Day) à Manchester (Oasis) en passant par Portland (Dandy Warhols) et Londres (Feeder), le périple concocté par les trois arlonais s’avère décidément chargé en émotions.

http://thestraws.be/fr/


18ème édition du Chest Rock festival

Le samedi 13 Août 2011 - Parking Saint Roch

Festival sous chapiteau

Ouverture des portes : 18h30

Prix : 5 €.

10:47 Écrit par administration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.